ALEC BORENSTEIN

Peintre franco -israélien, Alec Borenstein est né à Syktivkar en  Russie en 1942 . En 1947 Il arrive en  Israël avec sa mère Paula,  son père  Meir et son frère Itzhak. Il se marie en  1965 à Paris avec Walentyna Fastowska. Leur fils, né en 1969,  est  le compositeur Nimrod Borenstein. 

En décembre 2004 le musée Maillol à Paris expose ses dessins originaux du  livre ''Jo Waijsblat, l'enfant de la chambre à gaz'' , texte de Gilles Lambert avec une préface de Serge klasfeld et un avant propos de Bertrand Lorquin, conservateur du musée Maillol.  En 2001 sa célèbre série ''Freud,  une oeuvre, une vie'' est exposée au Congrès International de la Société Psychanalitique de Paris à La Grande Arche de La Défense.Il participe en 1985 à l'exposion ''De la Bible à nos jours 3000 ans d'art'' au  Grand Palais à Paris .En 1982 participe à l'exposition ''Oeuvres sur papier'' de l'ARC du M.A.M de Paris , à Villeparisis. Il participe en octobre 1981 au n° speciale des ''Cahiers Bernard Lazare '' ''Hommage à Sadate''. Le 14 septembre 1969 il réalise, au cours d'une émission téléviséé,  une peinture en public. 

Formation
Il commence à peindre dès l'âge de 6 ans  . Le 7 mai 1954 Tikwa Weinshtok  lui consacre un grand article dans le quotidien Maariv sous le titre ''Enfants prodiges'' . Il reçoit le 20 avril 1958 le Prix de la Fondation culturelle Americano Israélienne Keren Sharett et étudie dans l'atelier du professeur Schwatzman puis à  l'Institut Avni à Tel Aviv chez Marcel Janco. De 1964 à 1968 il étudie à l'Ecole Nationale Superieure des Beaux-Arts à Paris.

L'oeuvre artistique
De 1958 à 1977 Alec Borenstein fait partie de la mouvence de l'abstraction lyrique. Sa peinture de cette époque se caractérise par l'emploi des bleus profonds, des rouges violents, des noirs et d'éclats de blanc .  Reuven Berman titre par ''Bold Abstractions by Borenstein'' son article dans le Jerusalem Post du 14/9/1964 pour caractériser cette peinture.  Au cours des années 1969-1972 l'artiste s'intéresse à la société de consommation et ses oeuvres, bien que toujours abstraites, s'approchent du Pop Art  .La critique parle alors de peinture sociologique  En 1978 Alec Borenstein se dirige vers un réalisme très personnel . L'artiste travaille alors par séries . Chacune de ces séries est un ensemble de variations sur un problème visuel ou formel  décliné à travers ,soit un thème non anecdotique comme ses fameuses nappes à carreaux  que l'on trouve dans ses toiles ''Les 24 caprices'' (1989 à 1992),  Femmes(1998-2000), soit un thème ''anecdotique'' comme la série consacrée à Freud (1994-1999). Une nouvelle approche apparaît au cours des années 2000-2014 avec les séries  ''Auto -récuperations'' ou ''Portraits retrouvés'' Le réalisme y est confronté à des éléments abstraits. Les oeuvres du peintre se trouvent dans des collections publiques et privées en Israêl en France , en Europe aux Etats Unis au Japon et en Australie.

Publications :

-  ''Jo Waisblat l'enfant de la chambre à gaz'' (Texte Gilles Lambert dessins  Alec Borenstein Préface Serge Klarsfeld , avant propos Bertrand Lorquin) TR éditions , Paris 2004

-  ''Paroles revenues de l'extrêmité de l'enfer'' par Thomas Wieder ,Le Monde du 21/01/2005

-  ''Alec Borenstein ''Les couleurs de Tel Aviv'' interview au journal du Crif du  20/05/2009

-  ''Alec Borenstein 'Freud's Room Against de Day''  in ''Psychotherapy Clinics in Art '' par Nurit Yedlin . Tel Aviv University, 2008

-  Jean Clarence Lambert ''Alec Borenstein et la réalité de l'imaginaire'' (http://www.hagalleria.com/) Paris, 2000 .

-   Daniel Sibony ''Alec Borenstein,  Entre Deux ou la bifurcation picturale'' , (http://www.hagalleria.com/) Paris, 2000

-  ''Alec Borenstein , Freud Szobaban'' par  Eszter Forrai   Elet  du 15 /09/1997 ,Budapest 

-  Alec Borenstein , ''Une petite boîte pour une grande idée''  édition Stavit 1993 Paris (textes

 de Yehuda Lancry ambassadeur d'Israël, Léon Abramoviz, Henri Bulawko, Pierre Weibel,)

-''Le Yargazi Alei Kad '' Poésie de sarah Brafman illustrations d'Alec Borenstein   Edition Li Lach 1997 Petach Tikwa